Circa 2018
pub flash

La fête des Cafés Culture

0
Du au Toulouse

27 au 29 novembre

En 1999, une douzaine de responsables de petits lieux culturels de Nantes décident de mettre en commun leurs talents pour créer un événement festif marquant. Quinze ans plus tard, plus de deux-cent bars, cafés et restaurants de toute la France défendent la diversité culturelle en participant au Festival Culture Bar-Bars.

L’objectif du collectif Culture Bar-Bars est clairement défini depuis ses débuts : montrer avec une programmation riche et variée que les programmateurs de lieux ne sont pas que des « limonadiers », mais aussi et surtout un maillon essentiel de la chaîne de diffusion culturelle. D’où l’idée d’une fédération des établissements qui aiment organiser des concerts, des spectacles et des soirées à thème. Ce réseau, qui réunit plus de 250 adhérents sur le territoire national, est mis en lumière une fois par an par le festival Culture Bar-Bars. Cette année dans 55 villes et 230 lieux du 27 au 29 novembre.

Lieux d’émergence

David Milbeo l’un des organisateurs
 du festival : « C’est notamment dans
 ces endroits, les bars, les restaurants et les cafés, que tout au long de l’année la culture de proximité et l’esprit d’initiative sont entretenus… ». Et pour cause, bon nombre d’artistes en tous genres commencent en « courant le cachet » dans les cafés afin de se faire connaître ou d’être programmés dans une salle de concert. Cette étape importante pour la création se fait bien souvent en accord avec ces lieux d’émergence, qui méritent d’être mis en avant. Le programme du festival est original :
« Nous avons voulu mettre en place le principe un lieu = un programmateur,
dès les débuts ». L’idée est bonne et offre l’intérêt de proposer un éventail de spectacles très large, avec des concerts en tous genres : « du métal au jazz, du punk au classique, des lives et des djs électro… de la musique donc, beaucoup, mais pas que ! Des spectacles performances à la Cantada II (Paris), l’expo de sérigraphies de Nicolas MOOG au Gueulard (Nilvange), un débat sur la gestion sonore au Monde Moderne (Lille) ou encore un documentaire sur la scène musicale toulousaine à la Loupiote (Toulouse)ou du théâtre d’impro à la Mie Sésame (Roubaix). » Ajoutez à cela un fort penchant pour la démocratisation de la culture, car 95 % des spectacles sont gratuits, c’est l’assurance d’une très large accessibilité à tous et à toutes.

Parmi les rendez-vous toulousains

Culture Bar-Bars mène une opération de repérage artistique : une cinquantaine de groupes coup de cœur sont propulsés sur scène grâce
à leur énergie. À Toulouse, parmi
les lieux participants, La Mécanique des Fluides, le Filochard, Le Tigre, le O’Bohem, L’Évasion ou encore La Loupiote proposent de (re)découvrir Little Bal’Ouf (trad/word), Iojala ! (cumbia), Jerry Khan Bangers (rockabilly), Billy Hornett (rock’n’roll), Les Miss Guinguette (chansons des années 30) et Mitsu Hirato (jazz hypno-érotique). « Entendre aujourd’hui ce qui sera en haut des charts dans cinq ans, voilà notre envie ». Saurez-vous glisser une oreille au bon endroit ? En tous cas, ces propositions gratuites (ou à prix modique) permettent à chacun d’apaiser sa soif de curiosité en se lançant dans une ronde folle de trois jours.
Des dispositifs de prévention en fixe ou en déambulation sont mis en place dans les rues de Toulouse, avec des professionnels de terrain à l’écoute pour les addictions de tous types, ainsi que des navettes pour éviter de conduire après une soirée pleine d’excès…

Deux navettes circuleront les jeudi 27 et vendredi 28 novembre de minuit à 3h et le samedi 29 novembre de minuit à 4h (06 07 23 02 31/06 07 23 01 49)

www.bar-bars.com

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.