PlacedelaDanse-CDC
Banniere Altigone saison 2017-2018
pub flash

Noé Soulier : (Dé)lier le geste à la parole

0
Le

Noé Soulier a beau être jeune, c’est une encyclopédie : toutes les danses l’intéressent, classique, contemporaine, et ce, sans limite. Parce qu’au fond, ce qu’il traque un peu partout ce sont les gestes qui racontent quelque chose.

Observer le mouvement

Noé Soulier : Avec « Mouvement sur mouvement », Noé Soulier soulève une nouvelle question liée à sa recherche chorégraphique : comment le décalage entre les gestes et le discours peuvent participer à l’élaboration du sens. Son spectacle repose sur une suite extraite d’un CD-ROM de William Forsythe, intitulé Improvisation Technologies, dans lequel le chorégraphe américain propose des outils d’analyse et de conception du mouvement. Le contenu se présente sous forme de petites conférences pendant lesquelles il parle, improvise tout en réalisant des gestes qui commandent ou expliquent d’autres gestes. « Cette gestuelle précise et diversifiée est différente de la danse. Elle traduit le mouvement sous la forme de concepts, de constructions… J’étais curieux de voir ce qu’elle pouvait produire, appréhendée comme une danse. J’ai donc décidé d’apprendre toutes ces suites par cœur », explique Noé Soulier. Un apprentissage qui par la suite deviendra le matériau chorégraphique de la pièce.

Décalage entre texte et geste

Noé Soulier : « J’ai remplacé les paroles de William Forsythe par un texte que j’ai écrit en m’inspirant de la recherche que j’ai menée en master de philosophie. Tout en exécutant des séquences de mouvements je développe une réflexion sur la manière dont ces derniers sont définis dans différentes pratiques chorégraphiques (Cunningham, Trisha Brown ou encore dans la danse classique) et les types de corps qu’elles créent. J’essaie aussi d’analyser les stratégies employées pour rendre visible ces modes de définition du mouvement, la manière dont ils sont expliqués géométriquement, mécaniquement ». La pièce est donc composée de deux textes : celui gestuel et celui discursif avec un décalage quasi constant entre ces deux écritures. Ces écarts provoquant toutes sortes de sens, produits par l’union de ces deux lignes chorégraphiques et discursives. « Je propose d’observer comment l’explication de la danse devient elle-même une danse. Ça m’intéresse d’explorer cette zone hybride entre une théorie qui est presque artistique et un art qui peut avoir une dimension théorique », poursuit le chorégraphe.

Performance nomade

Noé Soulier : « Mouvement sur mouvement » est une pièce nomade qui peut s’adapter à des environnements très variés. Il n’y a pas d’évolution narrative, elle est écrite de manière à ce que le spectateur puisse y assister à tout moment sans en perdre le fil. Paradoxalement, c’est le changement de contexte qui se révèle plus apparent. Dans le cadre du Festival International de Danse Contemporaine organisé par le CDC de Toulouse, c’est la première fois que « Mouvement sur mouvement » se produit dans un contexte universitaire. Présentation le lundi 26 janvier à 20h dans le hall de l’Université Toulouse 1 Capitole, transformé pour l’occasion en salle de spectacle.

Entrée libre sur réservation
En savoir plus : Noe Soulier
Réservations sur Université Toulouse 1 Capitole

Share.

About Author

Leave A Reply