Dans l’antre de la bête “Monster”

0
Le

Monster, spectacle de la Compagnie K. Danse nous plonge « virtuellement » au coeur du mythe du Minotaure le 27 février au Bascala.

 Dernière création de la compagnie K. Danse, Monster revisite de façon contemporaine les textes de La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski et La demeure d’Astérion de Jorge Luis Borges. Ce dernier décrit le mythe du Minotaure du point de vue du monstre lui-même. Attirés par les nouvelles technologies et questionnant de façon récurrente les relations humaines dans notre société, Jean-Marc Matos et Anne Holst (chorégraphes) se sont pour l’occasion associés avec le collectif 1minute69. Un duo composé d’Aurélie Dumaret et Emilie Villemagne, artistes captivées par les technologies numériques appliquées à des dispositifs sensitifs. La scénographie se compose d’un environnement sonore et d’une installation plastique sous la forme d’un labyrinthe. Et ce grâce à l’assemblage d’écrans en tulle créant l’illusion d’une profondeur avec la démultiplication des projections. Au centre de ce dédale, une zone baignée de lumière rouge rappelant parfois les entrailles de la bête dans laquelle des spectateurs sont invités à prendre place et vivre l’expérience. Deux danseurs-performeurs se déplacent dans ces couloirs inquiétants. Mario G. Sáez incarne la figure double et torturée d’Astérion/Thésée et porte l’illusion d’une liberté dont la réalité se base sur l’image de sa demeure, protégée des évolutions de son époque. Ce personnage tragique à la corporalité animale et aux mouvements désarticulés lui confère quelquefois l’allure d’un pantin. Face à lui Ariane, son homologue féminin (Marianne Masson), seule part d’humanité que ce monstre semble conserver, s’exprime avec une gestuelle douce et précise, proche du langage des signes. Entre attraction et répulsion brutale, le dialogue corporel entre ces deux entités plonge le spectateur dans la tourmente et la complexité des sentiments qui les traversent.

www.le-bascala.com

www.k-danse.net

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.