Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

ANACHRONIMsE – Vacances de formes

0
Du au

ÉTRANGETÉS VOLONTAIRES > Ce titre troublant, Anachronimse – Vacances de formes, est celui donné par Jim Fauvet à son actuelle exposition qui se tient jusqu’au 2 Mai au Centre d’Art Contemporain Chapelle Saint-Jacques de Saint-Gaudens…un peu comme les enfants parlent de leur « pestac ». C’est aussi une critique (justifiée) du vocabulaire des historiens d’art qui classifient tous les mouvements artistiques en « ismes ». C’en est donc un de plus mais qui ne se prend pas trop au sérieux.

« Le temps se décale, les évènements se chevauchent, se dispersent, se mélangent. L’histoire n’est plus l’objet, l’objet se balade au cœur de l’histoire… » et les histoires sont multiples, les formes aussi. L’artiste les détourne, se les réapproprie et engendre une étrange perturbation du regard.

Multiples et aussi dissemblables comme points de départ qu’une toile de Baselitz, des dizaines de tréteaux en bois, le Déjeuner sur l’herbe de Manet, des éléments ou mobilier du quotidien, des mythes, La Joconde, un petit soldat de plastique monstrueusement agrandi et sculpté par tranches dans le marbre…

Les techniques aussi sont diverses : installation, sculpture, peinture sur matériaux impossibles mais aussi dessin comme :

  • Les chasses du satyre – 2015.
  • Morceaux choisis : dépendance et salon – 2009 (éléments découpés de canapés, tapis, matelas, fauteuils et broche en inox).

Dans une vidéo présentée sur son site, Jim Fauvet raconte que la fréquence obligée de ses déménagements, la pénibilité des transports de mobilier lui ont donné envie de se venger. Sa vengeance a consisté à découper ses meubles, canapés, fauteuils, tapis, matelas et à les enfiler sur une brochette géante en inox. Et que penser de la sculpture blanche qui accueille le visiteur, Futur antérieur ? Elle semble le fruit de l’hybridation entre un réfrigérateur et un trilithe de Stonehenge.

Cette exposition raconte des histoires… qui dérapent, qui résistent à la raison et à la chronologie et qui ouvrent sur un imaginaire souvent absurde hérité de Dada, Duchamp et Filliou dont Jim Fauvet s’approprie la pensée « Nous devons avoir la mémoire du futur».

En savoir plus : www.lachapelle-saint-jacques.com  

 image Jim Fauvet

Share.

Leave A Reply