Banniere Altigone saison 2017-2018

Mise à nue

0
Le

Caroline Vigneaux a abandonné sa vie d’avocate pour lisser libre cours à son humour ravageur. Avec Caroline Vigneaux quitte la robe, elle se livre comme jamais sur scène. Rencontre avant de mesurer son talent aux Fous Rires de Toulouse, le festival des Chevaliers du Fiel.

Un parcours original

Caroline Vigneaux : Après des études de Droit, je me suis lancée dans une carrière d’avocate. Bien que cela me réussissait, j’ai voulu changer de vie. J’avais une immense envie de monter sur scène pour faire rire les gens autour de moi. Dans le milieu des avocats, j’étais entourée d’un microcosme. Mes proches n’ont pas compris mon choix au départ. Mon ancien patron croyait même que je partais pour un autre cabinet ! Jusqu’à ce que je lui explique ma décision de devenir humoriste à la fin de mon préavis. Je me suis alors inscrite un an au cours Florent pour apprendre quelques notions théâtrales. Je me suis aussi autoproduite dans mon premier spectacle Il était une fée.

La scène

Mon premier spectacle m’a servie à apprendre, à gagner en confiance. A travers la fée, je faisais tout ce que je voulais sans me dévoiler. Avec Caroline Vigneaux quitte la robe, je n’ai plus besoin de me cacher derrière un personnage, je peux être moi-même. Je me mets à nue sur scène et je peux faire passer des messages sans donner de leçons à travers mon prisme féminin.

L’humour au féminin

Le rire n’a pas de sexe. Chacun possède son propre humour et apporte un regard différent sur un même sujet. Même les femmes évoquent parfois des thèmes identiques mais de manière diamétralement opposée. Pour ma part, je suis à la fois fan d’un Albert Dupontel ou d’une Jacqueline Maillan. Je connais leurs sketchs par cœur. Une femme n’a pas non plus besoin d’avoir un certain physique pour faire rire. Florence Foresti et Muriel Robin ont démocratisé l’humour. Notre souci reste toujours d’être drôle.

www.lacomediedetoulouse.com

Share.

About Author

Leave A Reply