Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

Cadence]s

0
Du au Musée Henri Martin de Cahors

Le musée Henri Martin existe depuis 1833, mais s’est installé dans l’ancien palais épiscopal de Cahors en 1929. Environ 10 000 pièces constituent ses collections, des domaines de la préhistoire, de l’ethnographie, de l’histoire (Gambetta y est bien représenté)… aux Beaux Arts, peinture et sculpture française du XVIe et XIXe siècles.

Le XXe siècle est représenté surtout par la photo et la vidéo. Les œuvres d’Henri Martin (1860-1943) sont les seules qui soient exposées en permanence, le peintre toulousain ayant légué 17 de ses œuvres majeures à la ville de Cahors en 1942. Et ces dix dernières années, le musée Henri Martin de Cahors a fait l’acquisition de seize nouvelles toiles du maître dont un Saint-François d’Assise très émouvant.

Laurent Guillaut, conservateur du musée, est passionné de création contemporaine. Pour l’exposition Cadence]s, il a travaillé en partenariat avec le service Arts et Culture de l’Université Toulouse Jean Jaurès, le CIAM et les Abattoirs. Un collectif d’étudiants du Master 2 professionnel « Métiers de l’art » a conçu l’exposition en deux volets, l’une à Toulouse, l’autre à Cahors.

Un espace est né de la rencontre entre les collections des Abattoirs (boros japonais – illustration) et celles de Pierre Andrès. Ce sculpteur, poète physicien mathématicien, est l’inventeur des fameuses « Machines singulières » en bois qui, actionnées par le public, font vivre, ressentir et percevoir intimement l’espace temps à travers les contraintes imposées par l’artiste. Ailleurs le portrait de José Maya par Dove Allouche restitue les empreintes sur papier des pas du danseur de flamenco. Au sol la Percussion Graphique de Yazid Oulab : le crayon d’un charpentier martèle le sol de manière obsédante et hypnotisante… et toujours ce dialogue rythmé et cadencé entre des œuvres contemporaines et des œuvres de la collection Daniel Cordier.

Share.

Leave A Reply