Banniere Altigone saison 2017-2018

Il était une fois… Girafawaland

0
Du au Muséum de Toulouse

Fondé par le naturaliste toulousain Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse, le Muséum de Toulouse a ouvert ses portes au public il y a 150 ans. A l’occasion de ce 150e anniversaire, il présente une exposition extrêmement sérieuse sur la découverte du Girafawaland par deux explorateurs au début du XXe siècle.

Aristocrates anglais, Marmaduke Lovingstone et Douglas Pawlette, découvrent ce pays mythique d’Afrique occidentale et ses habitants pacifiques, les Girafawaras, qui vivent en totale symbiose avec la nature. On l’aura compris, cet anniversaire est l’occasion d’une exposition poétique, onirique, humoristique… qui pose des questions très réelles sur l’histoire de la colonisation. Deux artistes ont joué le jeu avec passion et générosité : Albert et Kiki Lemant, plasticiens.

Il est jubilatoire de se promener dans cette exposition, de jouer à naviguer entre le vrai et le faux. Le personnage récurrent, omniprésent qui incarne cette fable, c’est la girafe, animal mythique, sacré, symbole de paix et de toute puissance. Faussement sérieux, les explorateurs nous révèlent leurs découvertes, une carte géographique prouve que le Girafawaland se trouve approximativement au niveau de l’actuel Burkina-Faso, près du fleuve Niger.

image Girafawaland

Puis le public, aussi bien enfant qu’adulte, découvre les trouvailles pieusement conservées par Emma Pawlette, bienfaitrice de la Fondation Lovingstone. L’histoire et l’histoire de l’art sont revisitées au service de la girafe : la Girafe de Troie, la Tapisserie de Bayeux girafisée, la Girafe momifiée, les origines du rugby, tout y passe… C’est drôle mais il y en a presque trop, au risque d’oublier que derrière cette rigolade, il y a un questionnement extrêmement pertinent. Albert Lemant, bercé dans son enfance par le Musée de l’Homme et le Muséum de Paris, est un grand passionné de l’Afrique. Il tente avec Kiki d’exorciser avec humour notre histoire et nos relations avec ce continent. Ça bouscule de manière drôlatique.

Share.

Leave A Reply