banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

Orgues à Cintegabelle

0
Du au Eglise de Cintegabelle Abbaye de Boulbonne

Les amis de de l’orgue organisent au mois d’août plusieurs concerts dans l’église de Cintegabelle mais aussi à l’abbaye de Boulbonne.

Toulouse possède des orgues majestueuses et un festival pour les entendre à l’œuvre, mais Cintegabelle n’est pas en reste. Située à 35 km au sud de la capitale régionale, le village est connu pour son église, édifice en brique foraine toulousaine, et son abbaye, classée monument historique. L’église et ses nombreux objets d’art, comme par exemple ses toiles de Jean-Baptiste Despax, valent le coup d’œil. Mais ce qui enchantera votre visite est sans conteste son orgue construit en 1742. Sur son buffet (la structure de menuiserie qui renferme tuyaux et sommiers) trônent des angelots musiciens. Deux bustes dorés soutiennent l’ensemble. Un chef d’œuvre monumental que nous pouvons contempler mais aussi entendre pendant quatre jours. Les amis de l’orgue organisent au mois d’août plusieurs concerts dans l’église de Cintegabelle mais aussi à l’abbaye de Boulbonne.

image orgue Cintegabelle

La route du pastel

Démarrage le 7 août pour les Orgues à Cintegabelle avec La route du pastel (titre en référence aux allers-retours entre la France et l’Italie à l’époque baroque), concert duo de cornet à bouquin. Cet instrument mis à l’honneur par Jean Tubéry, est accompagné à l’orgue par Emmanuel Schublin. Proche de la voix humaine, le cornet est un incontournable de l’art vocal baroque. Il prend des couleurs méridionales dans ce programme de musiques des XVIIe et XVIIIe siècles. Enfin, Jean Tubéry revient à son premier amour, à savoir la flûte à bec qu’il a étudiée au conservatoire de Toulouse, sa ville natale. Il interprète des œuvres dédiées à cet instrument, telles celles de Corelli et Telemann.

Ensemble vocal d’exception et instruments rares

Suite du festival les Orgues à Cintegabelle avec :

  • le 8 août un concert de clavecin avec le grand musicien Jean-Patrice Brosse, directeur artistique du festival du Comminges.
  • La trompette baroque de Guy Ferber résonne en même temps que l’orgue de François Menissier le 9 août. Sans piston, cet instrument historique peu connu est aussi appelé trompette naturelle.
  • Enfin, pour clôturer le festival, l’ensemble Scandicus et ses huit voix d’hommes, co-dirigé par Jean-Louis Comoretto et Jérémie Couleau, remonte le temps et s’attaque à La Missa de Franza, une messe polyphonique écrite pour Louis XI.

Royal, non ?

 

 

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.