Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

L’été au théâtre du Grand Rond

0
Du au Théâtre du Grand Rond

Coutumier du fait, le théâtre du Grand Rond à deux pas de la Halle aux grains fait partie de ses petits théâtres toulousains qui ne débandent pas l’été venu et continuent sans relâche à animer nos soirées de vacances mornes moites.

Hot spot

Apéros-spectacles en préliminaires, les chants féministes de L’Ebranleuse nous donnent vraiment envie de filer la métaphore érotique mais pas toc : 25 femmes et un chef de chœur, cette chorale étonnante œuvre à faire bouger la place des femmes dans la société (faut avouer qu’il y a du boulot). Résultat : de Colette Renard à Nancy Sinatra leurs chansons évoquent des thèmes chers à nos cœurs, sexisme, prostitution, abus politiques, guerre des sexes, etc. Femmes de tous les pays, unite ! Et amenez vos compagnons bien sûr. Femme aussi mais clown surtout, ou l’inverse, Julie Boucher, comédienne sans nez rouge, clôture les apéros fin juillet avec son solo déjanté Ne cherchez plus : une pépite paraît-il, à découvrir donc ?

Planches brûlantes

Théâtre théâtre quand tu nous tiens ! Et si l’été, loin des injonctions des saisons prétentieuses, nous lâchait un peu de mou dans le programme, histoire de (re)découvrir des fleurons de nos compagnies locales bien aimées ? Avec le Joyeux Bazar, sympathique bande de zigotos, on se laisse facile aller à l’impro. Mlle Blanche aime les histoires : cher public propose lui tes mots, elle y puise son univers féérico-rigolo. Du pur Beauredon style ensuite, caustique et généreux, et du bon comédien à la toque, Denis Rey, Azéma en tête : qu’est-ce qu’on répond à tous ces cons qui nous demandent du matin au soir « ça va ? » et qui n’écoutent pas la réponse ? Pour le savoir, il faut voir ça va… si ça va bravo. Puis le Lazzi Théâtre aiguillonne notre soif de justice et de liberté, en veilleuse peut-être dans la mollesse estivale : Capello Furiosa ou les joies débridées de la commedia dell’ arte, ça ne se refuse pas. Pas plus que la brune Mariotto et son truc en plumes qui interprète magistralement la grande Maillan en duo avec son pianiste maso-consentant. Il n’y a que Maillan qui m’aille, inratable !

> En savoir +

 

 

 

Share.

Leave A Reply