Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

Minimal Nature

0
Du au Fondation Espace Ecureuil pour l'Art Contemporain

Minimal Nature, c’est le titre donné à cette nouvelle exposition de la Fondation Espace Ecureuil, la première dans un lieu à la fois nouveau et provisoire.

Pendant que les fameux locaux de la Place du Capitole sont en travaux, un bel espace, très différent, est investi au siège de la Caisse d’Epargne, 42 rue du Languedoc.

Conçue par Frédéric Jourdain, l’exposition Minimal Nature rassemble des œuvres qui n’ont pas l’habitude de se côtoyer, des grands noms de l’Art Minimal et Conceptuel des années 60 et 70 : Carl André, Sol Lewitt, Donald Judd, Lawrence Weiner…Cet art né aux états-Unis est basé sur l’économie de moyens, sur une intervention minimum de la part des artistes et une absence d’émotions. Ces œuvres étaient généralement présentées dans des très grands espaces.

Minimal Nature comprend aussi :

  • des œuvres de Nancy Holt appartenant au Land Art, un autre mouvement devenu pilier de l’histoire de l’art du XXe siècle
  • une vidéo du grand Sarkis qui tente à la Biennale de Venise de réconcilier Turcs et Arméniens
  • sans oublier Hamish Fulton, l’artiste marcheur conceptuel,
  • Wolfgang Laib
  • les pièces délicates constituées d’éléments naturels et éphémères de Nils Udo
  • et bien d’autres œuvres issues des collections de différents FRAC.

Mais, à ces grands noms du XXe siècle, qui ne représentaient pas le paysage mais l’évoquaient avec ses matériaux propres ou s’y installaient en pleins déserts, sont associées des œuvres prêtées par le tout voisin Musée des Augustins. Et c’est ainsi que l’on découvre ou redécouvre des paysages de Josse II de Momper, de Pierre Jacques Volaire, et un surprenant paysage de Gustave Courbet, Le Ruisseau du Puits noir. Cette toile peinte en 1855, habituellement présentée dans le Salon Rouge du musée, bénéficie ici d’un regard nouveau, aux côtés des Minimalistes et des Conceptuels.

Sa modernité nous apparaitra-t-elle plus forte ici ou au contraire ? Il s’agit de l’entrée des gorges de la Brême près d’Ornans, sombre et farouche. Le regard semble pénétrer dans un lieu caché ou interdit de la nature, une sorte d’ « origine du monde » en somme. L’idée de Nature revêt tant d’aspects !

Pour aller plus loin :

> Article sur le plasticien Sarkis

> caisseepargne-art-contemporain.fr/

Share.

Leave A Reply