Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

Nyctalope

0
Du au Galerie du Château d'Eau

L’exposition de rentrée de la galerie du Château d’Eau Nyctalope met en avant le travail de deux photographes français : Yohann Gozard et Philippe Dollo

Le premier propose dans la tour de briques Le Paradoxe de la nuit noire, une série de clichés pris uniquement la nuit, et composés de paysages situés à la périphérie des villes, proches d’une activité humaine. L’artiste crée avec une extrême rigueur des compositions silencieuses dont les détails ne se dévoilent véritablement que si l’on s’approche de la photographie. Apparaissent alors des points lumineux qui dirigent le regard, des cieux aux couleurs étranges, certaines images à la facture crépusculaire étant proche de la tradition picturale hollandaise. L’usage quasi systématique de poses longues révèle une qualité plastique de la lumière qui façonne de façon subtile ces tableaux contemplatifs. À partir d’un postulat scientifique (le paradoxe de la nuit noire d’Olbers), Yohann Gozard crée une poétique du monde nocturne, où les ténèbres se figent pour mieux apparaître dans une lumière coruscante.
Galerie 2, Philippe Dollo nous offre une balade dans Prague, ville dans laquelle il a habité. Prague ou le deuil inachevé est une autre forme d’errance, parfois nocturne elle aussi, mais qui sortirait d’un carnet intime ou d’une rêverie. Les légendes crayonnées sur le mur renseignent des endroits photographiés au rythme des quatre saisons. Contrairement aux promenades littéraires et photographiques de W. G. Sebald, ces clichés ne racontent pas à proprement parler une histoire spécifique de la capitale de la république tchèque, elles laissent le spectateur s’immiscer dans les souvenirs mélancoliques et disparates de lieux chers au photographe. Une série composée d’images au grain mat magnifiant les couleurs sombres et traduisant cette lente immersion, voyage éminemment subjectif qui peut parfois nous laisser en dehors de l’univers de l’artiste.

Share.

Leave A Reply