banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

Joël Fesel, scénographe du Groupe Merci

0
Publié le Portrait Joel Fessel

“JE N’AI PAS DE POINT DE REPÈRE je n’en ai tout simplement pas JE SUIS COMME L’ARGENT putain je suis comme l’argent je suis tout et partout et personne ne peut apprécier ma valeur », écrit en préambule de Trust, le poète allemand Falk Richter. Trust nous entraîne dans un burn out collectif que le Groupe Merci pousse jusqu’à l’absurde pour mettre en lumière un monde de déglingués. Le nôtre ?

Le Groupe Merci rejoue cette pièce créée en octobre 2014 au TNT au Multiple, une friche industrielle au centre de Toulouse. Rencontre avec Joël Fesel qui assure la mise en scène avec Solange Oswald.

Une langue en crise

Joël Fesel : À la base de nos projets, on fouille toujours chez des auteurs qui ont des préoccupations actuelles. Les écritures contemporaines ne sont pas encore reconnues, elles sont toujours controversées. Si nous les choisissons, c’est parce nous avons des choses à raconter avec de vraies questions politiques qui nous touchent. Falk Richter est un homme engagé dans des combats politiques. Il écrit sur les troubles identitaires liés au monde contemporain qu’il appelle le système. Le système global d’une mondialisation financière, libérale et d’un marketing omniprésent où chacun devient sa propre entreprise. Nous nous sommes arrêtés sur cet auteur parce que son propos nous a vraiment plu, sa langue aussi, c’est celle de la vie. C’est une langue de notre époque qui traduit bien l’état du monde et des relations humaines. Et c’est surtout une langue en crise qui cherche son identité. Car nos langues sont façonnées par des langages dominants, dont le marketing fait partie.

TRUST

Des êtres perdus

Joël Fesel : Trust, c’est la confiance, en soi et dans les autres, qui est en question « que peut-on faire sans cette confiance  ?». C’est très difficile de montrer ce sujet : c’est expliciter l’évidence et interroger la viabilité du système. Les personnages sont des gens qui s’identifient à des valeurs qui s’effondrent. Dans cette économie en crise, il faut optimiser nos relations. Ils portent sur eux ce genre de syndrome : ils sont sophistiqués, masqués, contemporains. On les reconnaît, c’est nous. Comme dans un studio de télévision, les protagonistes recherchent sans cesse la surexposition. Ils ont besoin de se montrer et essayent de trouver une reconnaissance. Ces femmes et ces hommes sont une espèce d’oxymore visuelle : ils sont beaux de l’extérieur et démolis à l’intérieur. On est tellement paumé dans ce monde capitaliste qui fait tant de ravages que l’identité en est esquintée et troublée, c’est la peur qui prend le dessus…

Proximité avec le public

Joël Fesel : On a toujours fait un théâtre de promiscuité et d’exposition avec des scénographies très particulières. On réinvente toujours la place du spectateur sur le plan dramaturgique et scénographique. Dans ce spectacle, l’humain est au centre, le public aussi. Les comédiens viennent se montrer systématiquement dans un aménagement spatial quadri-frontale, avec des éléments de décor détournés de la grande distribution. Ils sont très proches des spectateurs. On attache un soin particulier à ce que le public apprécie le jeu d’acteur et le regarde sensiblement. Tout notre boulot, c’est finalement de singulariser quelque chose à la fois lié au théâtre, aux arts plastiques, à l’intensité des échanges. Avec Trust, tu ne sais pas si tu as envie de t’identifier à ces gens. Tu te demandes s’ils vont basculer et s’ils le font où. C’est inquiétant, c’est bizarre, comme notre époque…

Spectacle : TRUST
Dates : 25 au 28 novembre
Lieu : Le Multiple – 27 bis allée Maurice Sarrault – 31300 Toulouse – Métro Arènes ou Patte d’Oie

 

 

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.