Banniere Altigone saison 2017-2018

Suburra

0
Sortie en salle le

On avait laissé Stefano Sollima du côté du petit écran avec la déclinaison en série télé de Gomorra. Il y a sans doute une logique à ce qu’il revienne au cinéma à Rome pour dépeindre une certaine décadence à l’européenne. Suburra était le nom d’un quartier de la ville antique où se fréquentaient en secret les milieux criminels et politiques. Sollima le recontextualise aujourd’hui. L’Eglise, la mafia et le politique y fraient, se repaissant de la corruption. Suburra organise intelligemment des arcs narratifs reliant autour d’une gigantesque arnaque immobilière, malfrats et prélats bientôt engloutis par leur soif de pouvoir. De quoi nourrir l’éternelle saga d’une chute à venir, devenant ici les prémices d’une apocalypse sociale et politique. Sollima fait brûler cet enfer en sortant les grandes orgues : à la hauteur des situations, ce film est volontairement dans l’excès de baroque comme parfois de vulgarité. Et pourtant, c’est le tragique qui remonte toujours à la surface, porté par des personnages plus subtils que le décorum qui les entoure ou par un scénario dense et habile. Sans être révolutionnaire, Suburra fait la jonction entre une esthétique moderne, aussi fascinante que tape-à-l’œil et le fonds d’un cinéma italien des années 60-70, cinglant et politisé. Un petit goût de déjà vu mais qui reste estomaquant.

Distribution : Haut et Court

 

 

Share.

About Author

Leave A Reply