Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

J. Chtouki et M. Huguet, co-directeurs du café-théâtre des Minimes

0
Publié le Maiva Huguet et Jamin Chtouki

Comme pour un bébé, nous sommes passés par toutes les étapes. De la joie, des déceptions, de l’apprentissage. Mais nous sommes tous les jours fiers de disposer d’un café-théâtre à notre image» assure Jamin Chtouki.

Porte ouverte au local

Auparavant directeurs artistiques des 3T, une mésentente dans la ligne de conduite de la salle historique de Toulouse a entraîné le couple à la ville vers d’autres cieux et la création de leur propre salle, le café-théâtre des Minimes. « Nous voulions mettre notre personnalité dans l’accueil en étant ouvert, jovial pour faire se rencontrer des gens de tous horizons. Nous voulions faire la part belle à la découverte d’artistes venus d’ailleurs mais surtout développer le côté local en laissant une porte ouverte à la création de spectacles. Il y a un tel vivier à Toulouse dans le domaine culturel qu’il aurait été dommage de ne pas s’appuyer dessus» reconnaît le codirecteur. « Nous sommes dans une ville qui regorge de talents, au contraire d’autres communes qui ont des salles mais pas d’artistes» renchérit Maiva.

Un clan fidèle

De nombreux comédiens ont adhéré à la philosophie des deux acolytes. Un noyau est ressorti au fil du temps et au gré des événements. « Nous sommes restés fidèles à notre cap. Nous avons aussi une fierté. Nous n’avons pas repris ceux qui nous ont manqué de respect. Nous n’avons jamais eu une grosse équipe mais elle représente plus qu’une famille. Elle forme un clan. Nous nous soutenons dans les bons comme les mauvais moments» se réjouit Jamin. « Quand il y a eu des problèmes, nous avons pu voir la vraie valeur des gens» reconnaît la responsable de la communication.

Les gens peuvent apprécier des comédiens comme, entre autres, Carlos de Souza ou Angélique Infante, fidèles parmi les fidèles, dans des pièces reprises ou carrément créées. Car, dans la centaine de comédies qui se sont succédé ici, beaucoup ont été montées de toute pièce par Jamin Chtouki comme Couscous aux lardons ou Les Fonctionnaires. Et le public répond très souvent nombreux à ces nouveautés qui font la joie du comédien. « Je suis arrivé totalement par hasard il y a vingt-cinq ans dans le monde de l’humour. J’ai commencé par reprendre des sketchs en Belgique avec mon ami Alil Vardar (auteur notamment du Clan des divorcées et Dix ans de mariage). Me dire que j’ai pu imposer ma griffe, créer mes propres pièces et que cela fonctionne, c’est jouissif ».

En perpétuel mouvement

Les deux compères restent convaincus de poursuivre dans cette voie, une recette assez unique à Toulouse. « Notre meilleur message est de rester ouvert et de jouer quoiqu’il se passe. Lorsque quelqu’un vient aux Minimes, il laisse son cerveau à l’entrée et le récupère en sortant. Nous prenons en charge les gens et nous les divertissons. Nous sommes un peu comme des psychologues» se marre Maiva. Les patrons du café-théâtre ne devraient pas déroger à leur philosophie. Ils vont même se concentrer sur leur force. Après des expériences plus ou moins réussies depuis son ouverture en 2010 (Zumba, école de comédie musicale, coaching en entreprise…), la deuxième salle fermera ses portes au 1er janvier. Le festival Féminitude s’arrête également, faute de temps et de rentabilité. « C’est un crève-cœur de fermer la seconde salle et de stopper le festival. Mais nous ne voulons pas proposer quelque chose de médiocre au public. Voilà pourquoi nous allons nous consacrer à notre grande salle» conclut Jamin Chtouki.

EN SAVOIR +

 

 

Share.

About Author

Leave A Reply