Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

Sur une île

0
Du au Théâtre Garonne

Metteur en scène, scénographe et vidéaste, Christophe Bergon crée Sur une île, avec pour point de départ l’assassinat de masse perpétré par Anders Breivik sur l’île norvégienne d’Utøya et pour horizon le questionnement auquel nous oblige plus que jamais le surgissement de la violence. Rencontre.

Fiction à partir du réel

Parce qu’il n’était pas envisageable de représenter les faits, mais « parce que le théâtre est bien le lieu où la violence est incarnée par les acteurs, lieu d’apaisement, où les états émotionnels aussi sont pris en charge, où se réunit une communauté d’un soir, où les paroles nous font penser», Sur une île est d’abord une commande d’écriture. Une forme dialoguée, deux jeunes gens, dans la suite du travail entamé avec De l’inquiétude d’être au monde en 2011. Devenus sous la plume de Camille de Toledo un frère et une sœur, les personnages (lui étudiant à Oslo, elle fantôme en visite, morte à Utøya) mettent en lumière, par la variété de leurs échanges, les strates du drame. Le tissage des souvenirs qui mêle l’intime et l’universel, la petite histoire et la grande. L’étoffe du récit fondateur : ce qu’il s’est passé ce jour-là à l’aune du fait divers. Et enfin, le patchwork des possibles et la projection de la politique fiction.

Tragédie d’aujourd’hui

De cette commande première, il a fallu éprouver le sens et faire évoluer les mots confrontés au plateau. Christophe Bergon : « Le texte a connu plusieurs versions, plusieurs fins, car les événements récents sont venus s’y télescoper. Je savais que ce serait un spectacle très politique, en prise sur l’actualité, mais à ce point là jamais. On est de bout en bout dans le principe tragique. Et dans des questionnements complexes : la question de l’ordre établi, celle de la désobéissance civile, celle des modèles travestis, de l’abandon des pères, dans notre Europe où les droites extrêmes montent, où les frontières se ferment. Mais l’accès à la réflexion,c’est l’émotion ».

Création / Spectacle coproduit par le Théâtre Garonne et le TNT

 

 

 

Share.

Leave A Reply