banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

De cela, comme du reste, il va bien falloir renaître…

0
Publié le Porte de la fontaine

La mairie de Toulouse vient de fermer une porte ouverte à la culture, dans un quartier longtemps délaissé. Mais plus encore, précisément dans ce quartier, une porte ouverte à toutes et tous, les universitaires, les élu-e-s, les à-élire, les guitaristes des coins de rue, les fatigué-e-s de la vie venus chercher de la lumière, les qui ont froid et peur à qui on ne donne pas qu’une pizza : une chanson, un poème, un rire, une embrassade. Dans cet endroit on sait écouter ceux qu’on n’entend pas ou plus, on offre une chaise à celles et ceux que la rue piétine.
La Pizzeria de la place Belfort, ce n’est pas seulement un lieu de culture ou de nourriture : c’est un lieu de fraternité humaine où pour une petite pizza de 10 euros vous avez à profusion tous les ingrédients de la joie, saupoudrée d’utopie, de rencontres, et où se dissipe la détresse. Elle est née de notre besoin collectif de trouver des lieux que n’a pas déserté l’humanité. Elle a été le Réveillon des sans-famille, le rêve des exils méditerranéens, l’aire de jeux de nos enfants tapant sur la derbouka au pied d’un orchestre chaâbi. Quand on ouvre ses portes on ne sait pas quelle partie du monde y mène la danse, quelle musique nous invite, quelle langue se mue en un bel Esperanto. C’est, en tout petit, une arche de Noé de l’humanité.
Et beaucoup d’entre nous pourraient chanter à Zoubir et Hafid, sur un accompagnement de guitare de Saïd et sur une musique de l’ami Georges :

Toi, le Kabyle qui, sans façon,
M’as donné quatre bouts de bois
Quand, dans ma vie, il faisait froid,
Toi qui m’as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants,
Tous les gens bien intentionnés,
M’avaient fermé la porte au nez…

Oui la mairie de Toulouse ferme la porte au nez tout cela : elle nous claque la porte au nez ! Elle efface le poème sur le tableau noir.
Notre ville mérite mieux que cela, elle qui n’a pas toujours été sans esprit, sans cœur, qui a gagné sa poésie et sa beauté dans les vents de l’Orient et de l’Espagne en lutte.
Elle est un organisme vivant. Un cœur qui bat, un tempo, une danse, un bien-vivre, une harmonie. Elle existe par ce qui se crée, par ces lieux inédits, originaux, qui n’existent qu’une fois, car ils ne sont pas le produit d’un marketing astucieux et que ses acteurs ne sont pas des gentils animateurs : ce sont des créateurs de vie.
Cette création, faite par quelques amis – et finalement par nous tous, les usagers de l’Espace Belfort – a bien plus de capacité de séduction que n’en pourra produire le brainstorming et le papier glacé des agences de com. du S.I.
La Pizzeria de la place Belfort s’est construite comme une ruche, à coups de pelle et de pioche, là où en enlevant de la terre et des cailloux on trouvait de la place pour un humain. En enlevant brique par brique un mur, en le rendant sain, et en le remontant. Avec des travailleurs bénévoles du Dimanche, des anonymes qui donnaient leur temps en burinant le ciment pour faire apparaître la terre de la brique et les galets de la Garonne. L’un perçait et peignait. L’autre faisait des Pizzas. Un troisième, qui offrait ses compétences de compagnon, décéda avant de voir le produit de son travail. Mais il laissa son nom, à la porte de la Cave : Fontaine.
Et nous, les gourmands, les curieux, les artistes, les fauchés, les citoyen-ne-s, simplement, qui avons besoin de respirer, nous avons accueilli cette magie avec bonheur. L’une d’entre-nous en fit un œuvre de théâtre : Une bière à la menthe. On ne fait tout cela que dans un lieu inspirant et inspiré.
On met des scellés sur toute cette belle ruche. Sur cet Espace qui s’est créé en se faisant, en état de naissance constant.
C’est injuste, révoltant, profondément stupide et certainement nourri par des arrières-pensées qui n’ont rien de techniques. En faisant cela on peut même tuer une ville.
Et de cela, comme du reste, il va bien falloir renaître…

Lettre ouverte et cagnote

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.