pub flash

The Strangers

0
Sortie en salle le

On ne dira jamais assez à quel point le cinéma sud-coréen est d’une liberté folle. Pas simple de faire entrer The Strangers dans une case, quand il roule dans la même boule, chronique rurale, thriller, zombies, comédie et séance d’exorcisme. On se contentera donc du point de départ : dans un village un flic enquête sur des meurtres violents qui pourraient bien être liés à l’arrivée récente dans le coin d’un ermite japonais. Aller plus loin reviendrait à tenter d’expliquer (ou simplement comprendre) comment Na Hong-Jin, comme avant lui Bong Joon-Ho (Memories of murder), Park Chan-Wook (Oldboy) ou Kim Jee-Woon (J’ai rencontré le diable), savent maitriser par l’écriture et la mise en scène le chaos qui s’empare de leurs films. The Strangers organise un exceptionnel tour de grand huit jusque dans les ambiguïtés de son héros, flic cossard dépassé par les évènements qui se précipitent et font exploser son train-train pépère. Prière de s’accrocher à son fauteuil puisque rien n’est stable ici. Le rire peut s’étouffer brutalement dans la gorge lors des irruptions de violence et réciproquement, le regard intime et précis sur une famille mue sans prévenir en théâtre épique. Jusqu’à son diabolique dernier rebondissement, ce film est dérangé jusqu’à en être exténuant. Ce qui reste la moindre des choses quand Na Hong-Jin s’y attaque rien moins qu’aux racines du Mal : comment le faire sans être radical ou frôler la folie ?

Distributeur France : Metropolitan FilmExport

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.