Circa 2018
pub flash

Festival 31 Notes d’Eté

0
Du au 28 communes de la Haute-Garonne

Où écouter de la musique sans grever son budget sorties cet été à Toulouse et dans 28 communes des environs ? Réponse dans la programmation toujours foisonnante et entièrement gratuite de 31 Notes d’Eté, festival porté par le Conseil départemental. Du 13 juillet et jusqu’au 26 août partout en Haute-Garonne, plus de 30 concerts, spectacles de danse, théâtre et cirque animent les soirées estivales de ceux qui ne sont pas partis en vacances, des gens du coin en goguette et des touristes chanceux.

Entre musique et patrimoine

L’idée portée par le festival 31 Notes d’été depuis ses débuts : proposer un accès le plus large possible à une culture pluridisciplinaire pour tous les âges et permettre en même temps au patrimoine départemental de s’animer. Des itinéraires (près de 60 cette année) baptisés « Rendez-vous Découverte » associent en amont de chaque soirée un lieu remarquable (un château et son histoire, une ferme et ses productions, une demeure célèbre ou une citadelle sur le Canal du Midi, etc.) et un concert ou un spectacle. Truffés d’animations, visites guidées, activités sportives, ces itinéraires ont tendance à joindre l’utile à l’agréable en prenant parfois la forme de dégustations, en complicité avec les offices du tourisme, les syndicats d’initiative et les producteurs locaux. Un moyen imparable d’amener du monde et de soutenir la création professionnelle locale par le choix d’artistes du cru. Même au pied levé et sans grande organisation préalable, on trouve forcément une occasion épicurienne pour soutenir notre soif de culture, un vin gouleyant, un fromage replet pour accompagner notre découverte d’un édifice moyenâgeux, d’une bastide ou d’un vieux pigeonnier.

Entre Haute-Garonne et tour du monde

Voyager à moindres frais, c’est aussi l’un des avantages que nous garantit la programmation musicale  de 31 Notes d’été : sont invités cette saison des musiciens ayant parcouru le monde ou promenant dans leurs valises des influences world. Imprégné par le blues, le rock et les chants traditionnels touaregs, le power trio Ezza associe des sonorités rock, des rythmes africains et des mélodies venues du Niger, pays d’origine du chanteur Omar Adam.

Leur deuxième album Alkher (La paix) s’inscrit dans un engagement porteur d’espoir, tout comme le message de fraternité à la sauce fonky caraïbe que délivrent sans se prendre au sérieux les musiciens explorateurs du groupe Papa Jo. Même simplicité pour le groupe Awek qui fête pour l’occasion vingt années sur les routes à travers le monde, à donner son blues passionné en première partie de maîtres comme Luther Allison ou Bill Deraime. Julian Babou lui vient de la Réunion et ses chansons en créole sont une relecture du maloya tissée d’influences jazz ou funk. Quant au groupe Acropolis Bye Bye, il revisite la tradition grecque mêlant au rebetiko des accents rock psychédélique, du dub et de la chanson à texte qui racontent l’exil, celui d’un Ulysse moderne, errant dans une Méditerranée aux nouveaux rivages. Ellis Island aussi est le récit d’un exil, un voyage musical qu’Eric Lareine a tiré du livre de Georges Perec et du I Remember de Joe Brainard.

Ce que fut l’arrivée des seize millions de migrants européens sur le continent américain au début du XXe siècle, entre mélancolie de l’exilé et espoir fou de l’immigrant, de la vieille Europe au Nouveau Monde, c’est ce que raconte le spectacle qui est non seulement une balade littéraire mais un panorama génial des grands standards américains par un somptueux duo voix guitare.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.