Artoulousexpo 019
l'histoire a venir
pub flash

La Muette, une ode aux sans-voix

0
Du au Théâtre du Grand Rond

Le Théâtre du Grand Rond accueille fin novembre La Muette de la compagnie A’Corps Imparfaits. Un théâtre sans prétention, mais qui raconte des histoires fortes.

Un théâtre sans prétention, mais qui raconte des histoires fortes, on dirait que ça commencerait comme ça : Alexandra Malfi et son complice Antoine Bersou se sont emparés du bref récit de l’écrivaine iranienne Chahdortt Djavann qui donne la parole à la condamnée Fatemeh, 15 ans. Elle attend l’heure d’être pendue…

L’étincelle

Alexandra Malfi : J’ai lu ce livre il y a huit ans et depuis, je le porte, je le fais lire. Je n’étais pas sûre qu’il soit adaptable, c’est un texte court, très plein. J’ai donc proposé d’abord à Antoine de le travailler à deux, dans des conditions les plus sereines, les plus douces possibles.

On a coupé, morcelé, scénarisé, adapté puis on s’est décidé et on a fait appel à Marie-Paule Gesta pour nous mettre en scène.

Une vision outre-noire de la vie

Marie-Paule Gesta : C’est une tragédie pure ce texte, mais il est plein de lumière, d’humour. Il renferme une vision de la vie qui contient autant d’espoir que de noirceur, comme un tableau de Soulages. C’est un journal, écrit de sa cellule par une jeune fille qui sait qu’elle va mourir mais qui continue jusqu’au bout à jouer.

L’importance de raconter

A. M. : Fatemeh joue à elle seule tous les personnages de son récit, les protagonistes du drame, les membres de sa famille, etc. Nous avons fait le choix de les incarner en alternance, Antoine et moi, qu’ils soient des hommes ou des femmes importe peu.

Ce qui compte, c’est de continuer à jouer, à raconter. Pour redonner voix à la Muette notamment, la tante de Fatemeh qui est au cœur de l’intrigue et toutes les femmes qui, comme elle, sont dans le monde, amputées de la parole. Tant qu’on raconte, il y a de l’espoir !

Une petite pierre contre l’oppression

A. M. et M-P. G : C’est une fiction basée sur des faits réels, un journal écrit de sa cellule par une jeune femme qui réussit à faire passer le cahier à une journaliste qui l’envoie ensuite à l’auteure du livre. C’est une parcelle de l’oppression des femmes dont les hommes ne sont pas les uniques responsables.

On voulait trouver une forme qui nous place tous ensemble devant ces questionnements, qui mette cette histoire tout simplement en écho avec nos vies.

 

La Muette est une pièce programmée dans le cadre du Festival Migrant’Scène de la Cimade.

EN SAVOIR + sur La Muette

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.