banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

Retour en enfance avec James Thierrée

1
Du au Odyssud

Dans la famille Thierrée, je voudrais… le fils, James, petit-fils de Charlie Chaplin, fils du couple de rêveurs inoubliables du Cirque Invisible et frère de la douce Aurélia qui murmure à l’oreille des murs. La famille Thierrée revient régulièrement dans la programmation d’Odyssud : c’est à chaque fois un enchantement.

Une écriture scénique hors normes

Quand on a hérité d’une généalogie pareille, on peut se poser la question : comment se faire un prénom et inventer un univers bien à soi dans ce que le cirque compte de plus délicat et de plus singulier ? « Le fait de ressembler, de faire partie de ce lien, c’est quelque chose de magnifique » dit James Thierrée qui a créé la compagnie du Hanneton en 1999 et taille la route depuis avec des spectacles qui voyagent dans le monde entier.

Son écriture scénique, qui mêle cirque, mime, acrobatie, marionnette, danse, musique, est reconnaissable entre toutes à son énergie, à sa profusion, à son goût du burlesque, à ses machineries et à ses installations.

Au plateau, James Thierrée confronte l’humain à des machines qui ont l’air tout droit sorties de l’imagination d’un bricoleur fou (escalier sans fin, rideau avaleur, piano qui joue tout seul, etc.) et à des créatures venues des limbes de l’enfance (un bestiaire magique toujours conçu par sa mère Victoria).

Un vivier d’imaginaire

C’est une source inépuisable que celle de la littérature, des contes, des romans fantastiques.

Thierrée définit son dernier spectacle La grenouille avait raison comme une variante du conte du Roi Grenouille des frères Grimm : des contes dont il aime l’atmosphère et le pouvoir à nous rouvrir des portes. Viennent s’ajouter par-dessus cela ses propres lectures, la littérature russe en particulier, les héros qui l’ont fait rêver et ses thèmes de prédilection : « la violence de l’enfance m’intéresse, la fratrie, les liens du sang ».

Pour l’occasion il partage la scène avec une bande de personnages hauts en couleur : une danseuse contorsionniste aux longs cheveux (Valérie Doucet), une prêtresse aux pouvoirs envoûtants (la chanteuse Mariama), quelques moujiks, etc. Laissons-nous embarquer.

EN SAVOIR + sur La grenouille avait raison à Odyssud

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.