pub flash

Du désir d’horizons ou quand la danse panse

0
Le L'Estive - Foix

La question de l’exil, des frontières et des déplacements est au cœur de la démarche du Burkinabé Salia Sanou. Avec Du désir d’horizons, programmé par le Festival International de danse comtemporainne du CDC, il explore différents états de corps : en attente ou en tension, dans l’immobilité ou au bord de l’effondrement.

Sa démarche s’articule « sur le travail de corps d’hommes et de femmes réapprenant à vivre dans des espaces d’enfermement. » Ces espaces, il les côtoie depuis l’automne 2013 puisqu’il mène régulièrement des ateliers de danse dans le camp de réfugiés maliens de Sag-Nioniogo au Burkina Faso.

La danse est ici un moyen pour tenter de réduire la violence intra et intercommunautaire et redonner de l’estime de soi à ces êtres voués aux « limbes ». Limbes / un hommage à Samuel Beckett, est d’ailleurs le court texte de Nancy Huston que le chorégraphe a choisi pour dire la solitude, l’errance intérieure et la condition dérisoire des déplacés.

Il raconte aussi la force de ces femmes qui se renouvelle chaque jour afin de tenir bon : « C’est de cette vie et de cette intensité dont je veux témoigner car elle évoque pour moi le lien fort qui peut se tisser du côté du vivant dans une situation de désespoir. »

EN SAVOIR + sur Du désir d’horizons à L’Estive de Foix

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.