banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

Association Amphithéâtre : du théâtre par-delà les amphis

0
Le Espace Job

Amphithéâtre est une troupe de théâtre composée d’étudiants et basée à l’UT Capitole. Ouverte aux collaborations et aux rencontres, elle prépare pour le 31 janvier une lecture à l’Espace Job, sous la houlette attentive et passionnée de la comédienne et metteure en scène Julie Pichavant.

Le temps d’un café, Pauline Ricaud et Guillian Lefevre, respectivement présidente et membre administrateur de l’association Amphithéâtre, accompagnés par leur metteure en scène, nous racontent leur démarche de création et leur goût particulier pour les écritures contemporaines.

Comment fonctionne Amphithéâtre ?

Pauline Ricaud : Nous travaillons avec des intervenants professionnels qui nous accompagnent dans notre processus et réalisent nos mises en scène. Il y a Julie Pichavant mais également la comédienne Berangère Déméautis qui nous suit plus spécifiquement sur l’improvisation théâtrale. Cela nous démarque des autres troupes.

Guillian Lefevre : Nous sommes une soixantaine d’étudiants issus de filières très différentes, sans compter ceux qui sont en Erasmus et qui viennent de Chine, Colombie, Roumanie, Allemagne, etc. Pour la distribution, même si nous sommes nombreux, un compromis est trouvé pour que tout le monde ait une place qui le satisfait en tant qu’acteur. Quand je suis entré à Amphithéâtre, je n’avais jamais fait de théâtre tandis que certains ont un grand parcours ! C’est ça qui est intéressant : notre pluralité.

Julie Pichavant : Ensemble, on aborde l’écriture contemporaine dans un processus de création collective au plateau. Chaque année, cinq représentations sont préparées pour des lieux différents. C’est beaucoup de travail, notamment sur le plan administratif.

Pauline Ricaud. : Oui c’est vrai, mais un travail vraiment récompensé !

Votre dernière création ?

J.P. : Esperanza, une farce sur les criminels contre l’humanité ! Nous avons travaillé sur l’auteure macédonienne Žanina Mirčevska et avons pour cela collaboré avec les Editions L’Espace d’un Instant. Ce projet a été réalisé suite à une proposition du Théâtre Le Ring pour le festival Vent d’Est. Depuis, nos liens se sont renforcés et Michel Mathieu, (directeur du lieu) met régulièrement à disposition sa salle pour nos répétitions, que ce soit pour une journée ou tout un week-end. Cela permet d’avoir une vraie vie de compagnie !

esperanza-association-amphitheatre

Du théâtre musical ?

P.R. : Oui, une collaboration avec l’Orchestre de Chambre Etudiant. Travailler avec des musiciens, ça apporte beaucoup.

J.P. : Comédiens et musiciens, tout le monde va dans la même direction et œuvre pour le même projet. Ce partenariat nous a vraiment enrichis et donne une réelle conscience de ce qu’est la scène. Pas de place au hasard, cela demande de travailler de façon précise. Je mets en place un « cadre » dans lequel chacun peut jouer avec une certaine liberté.

Votre prochain projet ?

J.P. : Nous cherchons des textes engagés et des écritures qui puissent être portées par des jeunes. Un travail d’écriture dramatique est prévu à partir d’une série de témoignages qui serait leurs paroles. Un travail choral avec des langues étrangères – les langues maternelles de certains étudiants – qu’on a commencé à expérimenter avec Esperanza et qu’on a envie de poursuivre.

Quelle place occupe Amphithéâtre dans vos vies ?

G.L. : Maintenant que je fais partie du bureau, c’est vrai que ça me prend pas mal de temps… Mais si chacun fait sa part, tout roule ! Amphithéâtre m’a permis de rencontrer des gens de milieux très différents et que je n’aurais jamais rencontrés ailleurs. C’est impossible d’avoir des amis qui sont en Biologie, d’autres en Philosophie ou encore qui étudient à Sciences Po.

P.R. : Oui, des amis et même des personnes que l’on connaît d’une façon « privilégiée ». L’implication dans l’association m’a vraiment plu au point que je remette en question ce que je voulais faire plus tard. Ça m’a beaucoup stimulée ! Là, je me réoriente vers du management de projets culturels !

J.P. : C’est un grand plaisir d’être avec les étudiants. Ils me manquent si je ne les vois pas (rires). Ils ont l’étincelle ! Notre lien s’est construit au fur et à mesure des collaborations, mises en scène et expériences… C’est un plaisir de les voir travailler et se prendre en charge eux-mêmes. Ces rendez-vous sont énergisants. Mon travail prend du sens car il est sans cesse interrogé, remis en question… C’est ça qui c’est bien : le mouvement que cela provoque !

PROPOS RECUEILLIS PAR CLAIRE BALERDI

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.