À cours et à cri

0
Du au Musée des Augustins

Le musée des Augustins présente Fenêtres sur cours, première exposition jamais conçue sur le thème des cours intérieures, à travers quatre-vingt dix peintures du XVIe au XXe siècle provenant de collections publiques et privées, françaises et internationales.

Cloître, palais, atriums ou cours de ferme, l’exposition permet de voyager de la peinture d’architecture flamande du XVIe de Hans Vredeman de Vries aux maisons de campagne peintes par Bonnard au début du XXe. Fenêtres sur cours, allusion au regard voyeuriste hitchcockien, nous transforme tel James Stewart en un observateur immobile traversant les siècles.

Poétique de l’espace

Découpée en sept sections thématiques abritant différents types de cours, et par là toutes les activités liées à leurs fonctions, l’exposition embrasse avec fluidité l’histoire de la peinture sur cinq siècles. Les artistes sélectionnés racontent ainsi des histoires du quotidien, dévoilent l’intime ou illustrent des lieux chargés d’histoire. Tout est là : moeurs antiques des atriums et mysticisme des cloîtres, splendeur architecturale des cours de palais déroulant une propagande historique ou, à l’opposé, scènes de vies urbaines d’arrière-cours de boutiques.

Fais-moi la cour

L’immersion dans ce riche univers pictural se fait de façon idéale en traversant le cloître des Augustins, lui-même représenté dans l’exposition, notamment par les toiles d’Henry Rachou (1856-1944). Fenêtres sur cours permet également de goûter à la « peinture métaphysique »
d’Usellini (1903-1971), mais également à celle du grand artiste du XVIIIe Hubert Robert, ou encore à la vue de La cour du Palazzo Vecchio à Florence par Hansen (1848-1912).

Ainsi, l’éclectisme des écoles de peintures représentées, induit par le choix du thème, laisse également à chacun le loisir de s’immerger dans les représentations monumentales des cours royales, ou à l’opposé goûter à la quiétude impressionniste de l’arrière-cour écrasée par la chaleur de L’Hôtel-restaurant Fournaise par Gilbert (1858-1914). Un voyage à la fois docte et charmeur.

La nuvole de Gian Filippo Usellini

Share.

Leave A Reply