banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

Transformation réussie au Taquin et Chez ta Mère

0
Du au Le Taquin Chez ta Mère

On ne résiste jamais à un besoin de changement. Pour le Taquin, anciennement connu sous le nom du Mandala et le café associatif Chez ta Mère, l’évolution a été différente. Pour l’un, il s’agissait d’une question de survie. Pour l’autre, c’était une volonté de confirmer son statut de lieu incontournable de la scène musicale toulousaine.

Pendant trente ans, le Mandala a été le lieu à fréquenter à Toulouse pour les amateurs de jazz. Reconnu pour sa convivialité et son côté familial. Il a malheureusement fermé ses portes en juillet 2014, l’essoufflement et le manque de moyens se faisant sentir.

Le gang des sept

Mais c’était sans compter sur la détermination de sept passionnés de l’endroit qui ont décidé de faire perdurer l’aventure de cette scène mythique. « Nous avons repris le Mandala afin de préserver un des derniers jazz club encore existant sur Toulouse. Nous ne voulions pas le voir disparaître » reconnaît Loris Pertoldi, l’un des sept sauveurs. Dans l’équipe de reprise, l’esprit du lieu est respecté. On y retrouve des musiciens, des patrons de bars et même un cuisinier et un kinésithérapeute.

La salle du Taquin © DR

Le Mandala devient donc le Taquin pour sa réouverture en mai dernier et il se diversifie. « Notre objectif est double. Nous voulons d’une part conserver un lieu pour le jazz en l’ouvrant aux musiques actuelles et aux autres disciplines, ce qui est dans la nature même de ce style de musique. Nous souhaitons d’autre part que le Taquin soit un lieu de vie local et convivial, ouvert à tous, en y développant notamment les arts de la bouche » explique Loris Pertoldi. Le Taquin propose ainsi, outre des concerts variés, de partager des expositions et de l’humour tout en dégustant une bière, un verre de vin ou une assiette de tapas.

Chanson et convivialité

Pour le café associatif Chez ta Mère, la convivialité est au cœur même du projet initial. « A la base, c’était une initiative personnelle car j’en avais marre de bosser dans une salle de spectacle » annonce d’emblée Olivier Châtellier, directeur. « Je voulais monter une salle dédiée à la chanson. C’est devenu un projet collectif et associatif. Nous avons ajouté un bar à notre lieu, ce qui permet de l’autofinancer » poursuit-il. Ouvert en mars 2012, Chez ta Mère a accueilli de nombreux artistes toulousains comme Manu Galure et a même permis de lancer de nouveaux talents tel Camu.

Une scène à part entière

Puis, l’envie d’évoluer a pris forme, bien aidée par une campagne de crowfunding qui a marché à plein. Normal lorsqu’on dispose de près de sept mille adhérents. Le petit oiseau a pris son envol pour devenir depuis l’automne dernier un petit écrin d’une cinquantaine de places gardant une forte proximité avec les artistes. Le bar reste toujours présent et garde toujours son côté convivial qui fait la force du lieu.

Côté musique, Chez ta Mère prend une place prépondérante dans la sphère locale et au-delà. « Nous conservons cette volonté de défendre des chansons à texte, ce côté esthétique » revendique Olivier Châtellier.
Ces coups de neuf redonnent une nouvelle vie à ces deux endroits indispensables à la vie culturelle de la ville. Ils peuvent désormais espérer durer encore très longtemps. Il suffit simplement que le public vienne les redécouvrir. Ce qu’il fera sans aucun doute.

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.