Banniere Altigone saison 2017-2018

The circus is female

0
Du au La Grainerie

Céline Berneron et le Groupe Bekkrell sont circassiennes et, loin d’être seulement interprètes, s’emparent du plateau de La Grainerie pour y proposer leurs propres esthétiques. S’émancipant des règles préétablies, ces filles-là inventent de nouvelles écritures pour le moins audacieuses.

Céline Berneron et le Groupe Bekkrell se jouent des canons esthétiques et de l’image habituellement attribuée aux femmes. Exit les rôles niais et ennuyeux à souhait, place à du cirque affranchi et insoumis qui ne manque pas d’humour.

« Road strip » féministe et féérique

Céline Berneron est artiste de cirque, comédienne, chanteuse et musicienne. Sa compagnie 220 Vols mêle musique rock et geste circassien aérien. Dans son nouveau projet, elle incarne son personnage de Princesse Bernard et détourne les codes du strip-tease et du pole dance. Son numéro fantasque et totalement clownesque interroge notre regard. Reprenant outrageusement des chansons de Disney, elle nous pousse à voir plus loin, au delà de nos schémas préconçus. Tous les ingrédients sont là pour une satire féministe et féérique réussie : du détournement joyeux, un frottement permanent entre désir et répulsion et de l’autodérision à gogo.

Explosive bande de filles

Prenez quatre femmes issues du Centre national du cirque de Châlon-en-Champagne –Sarah, Océane et deux Fanny– et vous obtiendrez l’Effet Bekkrell. Késako ? Une danse de l’instable, des réactions en chaîne, une contamination radioactive délirante et un joyeux chaos. Avec elles, le désordre s’avère fertile et leur spectacle protéiforme et hybride explose totalement les cadres. Leur cirque se situe dans un glissement permanent. C’est parfois casse-gueule mais l’équilibre finit toujours par se déployer sous nos yeux amusés. Ces filles-là ont du cran et n’ont pas peur des tentatives. Ça déménage. Ça envoie bouler. Ça remue. Bref, ça déchire !

 

Share.

About Author

Leave A Reply