Circa 2018
pub flash

Soone : “Je ne vis pas de subventions, donc je ne subis aucune contrainte”

0
Du au

Julien Soone, graffiti-artiste et designer originaire de Toulouse a grandi une bombe à la main. Créateur de la marque de streetwear Bullrot, il part en Chine en 2005 et s’exprime par le design, le graffiti et la mode. Soone se définit comme un créateur libre, sans contrainte, ni frontière. Rencontre.

Quelle est pour toi la définition du street art ?
Julien Soone : Je ne sais pas, je fais du graffiti. J’imagine que cela englobe toute forme d’expression artistique de rue récupérable par des vendeurs d’art. Je renomme souvent ces artistes en rigolant les « Truites Artistes » plus que des street artistes, car ils sont souvent plus occupés à remonter le courant que de peindre dans la rue…

Est-ce que le graffiti ne perd pas son identité quand il rentre dans les musées ?
Cela dépend de qui ont fait rentrer dans ses musées, je suis plutôt partisan de la méritocratie, mais c’est rarement le cas dans la sélection des artistes… Pour avoir une bonne vision et sélection d’artistes, il faudrait que cette sélection soit faite par des gens qui comprennent notre monde, nos règles, notre culture.

Est-ce que le fait d’avoir des subventions, des commandes n’apportent pas des contraintes ?
Personnellement je ne vis pas de subventions, donc ne subis aucune contrainte. Le jour où les mairies nous appelleront pour faire le « type » de graffi ti que nous savons faire, que nous aimons, ce jour là nous serons reconnus ; mais il y a encore du travail, même si il y a eu de très gros projets dans notre chère Ville Rose.

Existe-t-il encore des street artistes « libres » et « hors-la-loi » ?
Oui, beaucoup.

A partir du moment où il sort de la rue, le street art ne doit-il pas changer de nom ?
Oui je propose le « Truite Art »

 

EN SAVOIR + sur Soone

 

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.