banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

Histoire d’amour entre l’Agit et Empalot

1
Du au Toulouse - Empalot

Depuis quelques joyeuses décennies leurs chapiteaux trottinent sur les routes de France, ils dansent sur le pont d’Avignon et bouffent de la vache enragée, au point qu’on a fait d’eux des Ogres. L’été c’est aux Argoulets qu’ils se mettent au vert et au printemps c’est à Empalot qu’ils invitent les gens à fraterniser. Qu’on se le dise : en mai l’Agit est dans la place !

L’Agit, la compagnie de Marion Bouvarel et François Fehner a fêté ses vingt ans en… 2010 et va donc doucement sur ces trente balais, toujours gaillarde, toute en famille et en fidélité : on voit mal ce qui pourrait ternir le goût qu’ont ces rêveurs pour la fête et le partage.

Transgénérationnels

Pas de hasard, c’est donc sur le thème de l’amour qu’ils ont prévu de clôturer la 18e édition d’Empalot s’Agit(e) qui se tiendra du jeudi 18 au dimanche 21 mai au coeur du quartier du même nom sur le grand rond-point de la place André Daste.

François Fehner nous le confiait à l’époque et cela n’a pas pris une ride : « Nous avons pu voir du pays et vivre librement une itinérance que nous avions choisie et que nos enfants ont la chance de perpétuer, mais en toutes ces années, nous avons surtout pu amener le théâtre dans des lieux où il n’entrait pas. A travers nos ateliers, avec les CLAE et les foyers ruraux, nous touchons les petits, les jeunes, mais aussi les parents de ces enfants et leurs proches. Une grande partie de notre public vient de là, de ces liens tissés dans les quartiers, de ces occasions qu’ont eu les gens de côtoyer le théâtre hors de l’institution ».

Tisseurs de lien social

Au fil des années, les travailleurs sociaux le savent, le lien social s’est fragilisé dans les quartiers, particulièrement dans les zones où la précarité a parfois éloigné les unes des autres des communautés qui voisinent pourtant depuis des lunes. Le marteler est nécessaire : la culture est un formidable vecteur de partage et de « vivre ensemble ». Des occasions de débats et de faire la fête  ensemble autour d’un bon repas sont souvent bien plus efficaces que des discours politiques pour découvrir ses voisins et resserrer les liens entre les cultures.

Au coeur du quartier, c’est donc avec des spectacles jeune public et grand public, avec le ciné-club de l’association Karavan, avec des apéros, des concerts et des repas colorés qui invitent à la table l’Afrique, le Maghreb, le flamenco, le slam, les danses berbères, le théâtre et l’humour, que l’Agit a encore une fois bâti le programme de ces réjouissances. Des spectacles bien sûr, mais aussi des rencontres vont donner vie aux deux chapiteaux, réunissant dans un bel élan seniors et enfants de tous âges, membres du staff et habitants du cru.

En point d’orgue le grand spectacle imaginé, créé et joué par les habitants eux-mêmes et les artistes de l’Agit réunira en un grand cabaret foutraque des textes, des poèmes, des danses et des sketches sur le thème de l’amour « dans tous ses éta(ge)s » : EmpalAmour. Ce sera donc par les temps qui courent une occasion festive de se serrer les coudes. Et ça, ça ne se refuse pas !

EN SAVOIR + sur l’Agit

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.