Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC

Saison anniversaire à la Cave Po’

0
Du au La Cave Poésie

On ne présente plus la Cave Po’, rendez-vous d’étudiants et de fans de la première heure, située rue du Taur : cave en brique et bar sympa, le lieu fut fondé en 1968 par René Gouzenne aujourd’hui disparu, et s’apprête donc à fêter, hip hip hip, ses cinquante ans

Comment fêter dignement cet anniversaire si ce n’est en rendant hommage tout d’abord à son fondateur ? La Cave Po’ pour ceux qui l’ont connue il y a quelques décennies (oldies but goodies), c’était d’abord la silhouette longiligne et l’intelligence matoise derrière les petites lunettes métal de René Gouzenne.

Revival

Féru de littérature, lui-même comédien de présence et de verbe, Gouzenne était aussi un rassembleur d’auteurs et d’interprètes. Avec ses comparses (au rang desquels Serge Pey notamment), il programmait des artistes, auteurs et textes qui le passionnaient ou qu’il jouait lui-même sous le regard d’autres metteurs en scène : on lui doit ainsi un crépusculaire Novecento : pianiste (qui sera d’ailleurs repris en février avec Jean-Pierre Beauredon et Philippe Gelda au piano) et une très émouvante Dernière bande mise en scène par Isabelle Luccioni.

Souvenirs souvenirs mais foin de nostalgie, la Cave Po’ actuelle va raviver le « Gouzenne spirit » en invoquant des gens que Gouzenne aimait beaucoup et des artistes qui ont noué un lien fort avec le lieu. Certains y ont fait leurs débuts, d’autres y ont eu leurs heures de gloire, tous y sont très attachés et ils  seront là pour jalonner cette saison anniversaire.

Accros aux mots

Ainsi la saison va s’organiser autour de temps forts estampillés « 50 ans » et d’autres moments clés où la Cave Po’ d’aujourd’hui défendra sa programmation du moment : parmi eux la jongleuse de mots Fabienne Yvert revient avec une création autour de la langue des signes en complicité avec le grand poète sourd d’origine turque Levent Beskardes ; les éditions N’a qu’1 OEil et le collectif Los Muchos vont être en résidence toute l’année dans le lieu pour créer un « petit dictionnaire illustré » évolutif à base d’images et de sons, monté à partir d’enregistrements collectés dans le cadre d’un projet participatif ; tous les apéros-concerts d’octobre réuniront des figures « piliers » de la Cave : Sandoval, Serge Lopez, Vicente Pradal, Philippe Berthaut, Orlando, Philippe Gelda, Kiko Ruiz, etc, ce qui promet quelques boeufs inoubliables ; le mois de mars sera dédié à Samuel Beckett, auteur fétiche de Gouzenne, avec trois spectacles prévus : Watt de Jean-Marie Champagne, Comédie d’Isabelle Lucccioni et Clin d’OEil à Samuel B par la Cie Création Éphémère, tandis que Clara Girard autre habituée du lieu lira ensuite Henri Michaux accompagnée par Jean-Charles Richard au saxophone.

A noter une lecture d’Une trop bruyante solitude de Bohumil Hrabal par Maurice Sarrazin, contemporain de jeunesse de Gouzenne puisqu’il affiche 92 ans toujours verts.

Pour parfaire les festivités, plusieurs moments forts dédiés à Serge Pey, complice de toujours, rythmeront l’année : en décembre un festival La poésie c’est le pied ! et en juin un colloque autour de son oeuvre.

EN SAVOIR + sur l’anniversaire de la Cave Poésie

Share.

Leave A Reply