Circa 2018
pub flash

Sur la tête : hommage à l’insoumission de Prévert

0
Du au

CHRONIQUE – Avec Sur la tête, Laurent Pelly orchestre une mise en scène qui laisse de côté le Prévert des salles de classe pour mettre en lumière un auteur sanglant, noir, horriblement drôle et grinçant.

Au milieu du plateau, il y a ce grand morceau de papier blanc étendu dès le début de la pièce. Pendant plus d’une heure, il va devenir l’espace de jeu, le décor et l’outil de la narration. Un réceptacle géant pour la parole de Prévert. Dessus, dessous, sur ses bords, en le maltraitant, en le piétinant, en le traversant, en le déchirant, les jeunes comédiens de l’Atelier du TNT (Sonia Belskaya, Romain Busson, Raphaël Caire, Anne Duverneuil, Nicolas Lainé, Nick Newth, Malou Rivoallan), dans leurs tenues noires style années 40, jouent les mots, les phrases, les intonations du poète.

Ils mâchent, crachent, hurlent, chantent, la poésie de Jacques Prévert.  Leurs voix s’accordent, se mêlent, se complètent, s’opposent, se superposent. Rythme soutenu et dégringolades de vers. Avec leurs visages maquillés en blanc, et leurs expressions clownesques ces jeunes comédiens ont des airs d’acteurs de cinéma muet. Les situations surréalistes, les bruitages ciselés et colorés créent des scènes qui sentent bon la BD populaire, les strips en trois cases des journaux du matin. A 6h, café-clope, accoudé au comptoir, un sourire, et hop, au turbin. Prévert est du côté de « ceux qu’on  ne voit pas (…), ceux qui passent leurs vacances dans les usines », et au passage, il crache à la gueule des puissants, des bourgeois.

On se rappelle alors qu’il a fait partie du groupe Octobre. Une troupe de théâtre proche du PCF qui jouait pour les ouvriers au début des années 30. Il y a souvent de la rage, en permanence de la subversion et une volonté politique sous-jacente dans ses textes que l’on (re)découvre. Avec Sur la tête, Laurent Pelly orchestre une mise en scène qui laisse de côté le Prévert des salles de classe pour mettre en lumière un auteur sanglant, noir, horriblement drôle et grinçant. Ça tranche, ça craque, ça surprend, ça ricoche sur les crânes, ça secoue dans le fond des gorges, ça remue le bas-ventre. Une belle énergie, explosive et joyeusement turbulente.

EN SAVOIR + sur le ThéâtredelaCité

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.