pub flash
banniere Flash

Downsizing : petit mais costaud

0
Du au

Visite d’un univers rétréci, Downsizing transforme un adorable feel-good-movie en brillante fable sociale.

Ce n’est pas nouveau : en Amérique tout est une question de taille. Alexander Payne en a fait une question d’échelle dans la plupart de ses films (de Monsieur Schmidt à Nebraska, des Descendants à Sideways).

Il y est généralement question d’une confrontation d’individus et des règles d’une nation. Souvent des portraits d’hommes perdus qui décident de sillonner le pays pour voir s’ils y ont encore une place.

Un discours critique

L’Amérique de Downsizing n’existe pas encore. Du moins pas tout à fait : si la technique de rapetissement des humains à la taille d’un Playmobil qui y est utilisée n’est pas à l’ordre du jour, la civilisation menacée par la boulimie de consommation est plus que d’actualité. Paul Safranek et son épouse ont décidé de tenter l’aventure autant pour sauver la planète (une fois réduits, leurs besoins seront moindres) autant que pour se payer une maison de poupée qui aura des airs de palace.

Au dernier moment, l’épouse flippe et laisse son mari devenir un lilliputien. A l’inverse, le scénario de Downsizing, ne cessera de s’agrandir, de multiplier les pistes imprévisibles autour d’un Paul qui va se muer en Candide. Payne va apprendre à ce naïf à devenir voltairien, ne plus suivre la meute.

Faussement ingénu

Savoureuse fable sur l’irréversibilité qui guette, Downsizing renoue avec l’héritage des grands contes littéraires, ceux qui dissimulaient sous des épopées un commentaire sur l’époque sans craindre d’être idéaliste ou de se battre contre des moulins à vent. Matt Damon est absolument parfait en Monsieur Tout-le-monde un peu falot réapprenant en ouvrant de grands yeux, comment le monde fonctionne.

Totalement décalé dans une époque cynique, Downsizing, film faussement ingénu (le discours sur le lumpenprolétariat, une société qui persiste à fonctionner selon des rapports de classes, le consumérisme ou la place économique des migrants, sont loin d’être anodins) se fait toujours plus énorme pour se muer en film qui voit bien plus grand que prévu.

 

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.