PlacedelaDanse-CDC
Banniere Altigone saison 2017-2018
pub flash

Quatre films à voir en janvier

0
Du au

Les heures sombres – sortie le 3 janvier

Qui aurait cru que Winston Churchill serait à la mode ? L’immortel premier ministre anglais fait coup sur coup l’objet de séries comme de films. Les heures sombres n’est pas pour autant un biopic, mais une parenthèse. Importante quand Joe Wright raconte le moment crucial ou l’Allemagne d’Hitler a failli engloutir l’Europe. Versant inverse du récent Dunkerque (la même opération militaire est ici racontée des coulisses du pouvoir à Londres), Les heures sombres rappellent que certains hommes politiques traversèrent eux aussi des guerres de tranchées, loin des bombes, mais aussi décisives.

Ami-Ami – sortie le 17 janvier

Pour se remettre d’une rupture amoureuse, Vincent se met en colocation avec Néféli sa meilleure amie. L’entente est parfaite jusqu’à l’irruption dans sa vie de Julie. Peut-il s’autoriser à en tomber amoureux si cela met à mal son amitié avec sa pote ? Le canevas d’Ami-Ami s’affirme – jusque sur l’affiche – comme une comédie romantique. Ce premier film en pousse pourtant les murs : le marivaudage contemporain est joliment écrit mais pas autant que son observation des moeurs des vingtenaires d’aujourd’hui. Des situations aux dialogues francs qui sonnent vrai. Beau travail

 

Trois billboards, les panneaux de la vengeance – sortie le 17 janvier

Branle-bas de combat dans un bled perdu du Missouri : fatiguée d’attendre que la police résolve l’enquête sur la mort de sa fille, Mildred leur demande des comptes via trois grands panneaux publicitaires. Le titre à la Tarantino et l’univers provincial à la Frère Coen sont des fausses pistes. Martin McDonagh pousse sa chronique d’une Amérique en crise morale vers un renversant et mélancolique plaidoyer pour le pardon de soi. Frances McDormand a beau être superbe en mère lasse d’être endeuillée, c’est Sam Rockwell en flic bas du caisson qui apprend à s’élever humainement qui est exceptionnel.

 

 

Pentagon papers – sortie le 24 janvier

Il y aura deux films de Steven Spielberg cette année. Dans quelques mois Ready player one a tout pour être un rutilant blockbuster sur fond de culture neopop, parfaitement dans l’air du temps.
Pentagon papers lui, retourne dans un giron à l’ancienne. Sorte de prequel des Hommes du président, cette évocation d’un énorme scandale d’Etat révélé par la presse de la fin des 60’s invoque autant le cinéma de Capra que celui du Nouvel Hollywood autour d’une croisade pour la vérité. Mais puisque rien n’est aussi simple avec Spielberg, rien n’empêche d’y voir en filigrane (via Meryl Streep superbe en patronne de presse dans un milieu d’homme) un solide plaidoyer pour la cause féminine, lui très moderne.

 

Share.

About Author

Leave A Reply