Circa 2018
pub flash

Où en est-on de la représentation des organes sexuels féminins ?

0
Du au Partout

Qui n’a pas esquissé rapidement – sur une vitre de voiture sale, un miroir embué, un coin de table du lycée – un grand phallus dressé ? Oui, mais qu’en est-il des organes sexuels féminins ? Avouez que ça, personne ne s’amuse à les représenter. Ils demeurent cachés, comme un honteux secret. Il est temps de les regarder en face et de se demander comment leur représentation a évolué à travers les époques. Vaste sujet que l’on effleure doucement ici.

– Le mystère plane encore autour de Sheela Na Gig… (photo ci-dessus) Les universitaires ne sont pas tous d’accord sur ses origines et sa signification. Peu importe, on aime cette joyeuse et grotesque figure exhibant fièrement un sexe féminin proéminant !

Pourquoi est-on étonné, voir même circonspect, devant une telle vision ? On dit que le diable pourrait être repoussé à la vue du sexe d’une femme, ce qui donne un rôle protecteur à cette figure. Elle nous donne à réfléchir sur la place que l’on accorde au sexe féminin, car à la différence du sexe masculin, il se situe en grande partie à l’intérieur du corps. Est-ce cela qui en fait encore un trop grand inconnu ?

Courbet - l'Origine du monde
– Quand on regarde un sexe féminin, il y a ce que l’on voit – les parties externes : vulve, pubis ou mont de Vénus, grandes et petites lèvres – et ce qui est à l’intérieur : clitoris, vagin, trompes, ovaires, ovules.

Quand Gustave Courbet peint L’origine du monde en 1866, son huile sur toile fait scandale. Si le sujet fait polémique, c’est surtout le choix du cadrage qui choque et son extrême réalisme : un gros plan serré et pas de visage pour ce nu féminin.

Une telle représentation existait mais on ne la voyait qu’en école de médecine sur des planches anatomiques ou encore sur des photos érotiques circulant sous le manteau.

barbie
– Quand on voit comment les fabricants de la poupée Barbie ont imaginé la représentation de son entrejambe, on comprend que l’on soit encore aujourd’hui effarouché par l’oeuvre de Courbet et son sexe tout en chair et en poils…

Chez la célèbre poupée, c’est le déni le plus total. Rien ! Le calme plat. Cela ne serait pas inquiétant si de plus en plus de femmes n’avaient recours à des actes de chirurgie intime afin d’obtenir un sexe quasiment similaire.

Après avoir joué avec cette imberbe poupée, les adolescentes découvrent ensuite, via la pornographie, une autre représentation ultra stéréotypée. Alors comme ça, tous les minous sont pareils ? L’angoisse totale.

–  Prenez un stylo et dessinez-moi un sexe féminin. Pas évident, n’est-ce pas ? La Vagina Guerilla s’est attelée plusieurs semaines durant à faire représenter à leur proche et à des inconnus des vulves. Le résultat : de petits triangles, des ronds ou des trous noirs. AnGi, la graphiste du groupe, s’est chargée alors de créer un symbole de ralliement qui représente toutes les vulves dans leur infinie diversité.

Dans leur manifeste, on peut lire : « Pourquoi la représentation du sexe féminin n’aurait-elle pas droit de cité sur nos murs ? ».

L’objectif de cette guérilla originale est de propager sur les murs leur signe universel, de le diffuser partout et le plus possible, que ce soit en collant des stickers ou en portant sur soi leur tote bags. « Pour que demain des teuches et des teubes cohabitent sur nos murs et inscrivent en lettres de graphe un peu plus d’égalité. » A vous de jouer !

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.