THEATRE-GRAND-ROND-fev
PlacedelaDanse-CDC
Banniere Altigone saison 2017-2018
pub flash

Ce qui nous sépare

0
Le Musée des Augustins

La troupe Répliques ouvre le deuxième volet du festival Entre en Scène ! avec sa nouvelle création Un mur, déambulation spécialement conçue pour le Musée des Augustins. Rencontre avec Xristine Serrano, metteure en scène du spectacle, qui nous explique le processus de ce projet pas comme les autres.

Collecte de matériaux divers

Xritine Serrano : Cette année, on a réfléchi à ce qu’est un mur, aux différences, à l’exclusion et l’incommunicabilité, sur ce qui fait qu’il peut y avoir un mur entre l’autre et soi. J’ai demandé aux étudiants d’apporter des textes qui les touchent. Ils sont allés chercher de la poésie, des articles de journaux, du théâtre. Par exemple, un extrait du dernier livre de Virginie Despentes, Vernon Subutex ; un article de Courrier International sur le conflit syrien ; un poème bulgare apporté par une étudiante originaire de là-bas ; un texte de Eve Ensler ; un passage de L’étranger d’Albert Camus… Nous avons fait également des improvisations autour des murs – passés, présents et à venir– comme le mur de Berlin, celui entre Israël et la Palestine ou celui que veut construire Trump.

Vivre sur un mur

X. S. : On s’inspire de la bande-dessinée Ici Même de Tardi. Son personnage, parce que sa famille a hérité, ne reste propriétaire que des murs. On le voit marcher sur les murs, récolter des droits de passage. Les dessins me plaisent beaucoup, cette espèce d’absurdité. Je me suis inspirée de ce personnage qui m’évoque Dupont et Dupond.

Willy Protagoras enfermé dans les toilettes

X. S. : On travaille autour d’un texte de Wajdi Mouawad dont le point central est Willy, personnage enfermé dans les toilettes de sa propre maison, en signe de protestation, car une famille invitée par ses parents ne veut plus en partir. C’est en référence à l’histoire entre Israël et la Palestine. C’est à la fois drôle et grave. Qui doit partir ? Et doivent-ils partir ? L’idée est que chacun puisse jouer les voisins et faire le lien avec ses propres textes et tout l’enjeu est de nous adapter au musée. Ce lieu est très riche, plein de fantômes dans les murs. Il n’y a qu’à les écouter !

EN SAVOIR + sur Entre en scènes

Share.

About Author

Leave A Reply