tempo latino
Banniere Altigone saison 2017-2018
PlacedelaDanse-CDC
pub flash

Le cinéma palestinien, un cinéma de résistance

0
Du au

Le cinéma palestinien est un cinéma de résistance. Il est politique, engagé par essence. Le moindre sujet abordé dans ses films porte en lui une dimension de lutte vitale.

Filmer pour témoigner

La situation du peuple palestinien est exceptionnelle, le joug de l’apartheid israélien qu’il subit transforme tout, empêche, contraint, influence même les choses les plus banales. Rien n’est simple et même quand la légèreté et la poésie surviennent, ce sont dans les interstices, comme des bouffées d’oxygène trop courtes qu’il faut prendre sans tarder. Les films sont créés avec la force de l’urgence, ou la rage sourde de l’injustice.

Pour cette édition 2018, le festival Ciné-Palestine, offre une nouvelle fois une caisse de résonance aux cinéastes palestiniens, pour qu’ils puissent continuer à parler, à résister, à témoigner, à hurler que la Palestine vit, vivra, et que rien ne peut l’en empêcher.

Amours et interrogatoires

Dans la programmation on ira se confronter à Ghost Hunting de Raed Andoni. Un documentaire où l’on suit d’anciens prisonniers de La Moskobiya, le principal centre d’interrogatoire israélien. Ils décident de reconstituer ce lieu de détention et d’y rejouer tantôt les rôles de bourreaux, tantôt celui de victimes dans un objectif cathartique.

On suivra le parcours de cinq jeunes du camps palestinien de Yarmouk, qui racontent leurs espoirs, leurs luttes en filmant leur histoire caméra au poing ou avec leurs smartphones.

Enfin on plongera dans l’oeuvre du réalisateur Elia Suleiman. Trois de ses films seront présentés à la Cinémathèque de Toulouse : Intervention divine, une histoire d’amour entre un Palestinien de Jérusalem et une Palestinienne de Ramallah ; Chronique d’une disparition, une fiction qui décrit la perte de l’identité de la population arabe d’Israël ; Le temps qu’il reste, un portrait des « Arabes-Israéliens » vivant comme des étrangers dans leur propre pays.

A noter que le festival s’ancre à Toulouse mais essaime également dans la région. Des soirées sont prévues à Carmaux, Colomiers, Aucamville, Albi, Figeac, Bressols, Auzielle.

EN SAVOIR + sur Ciné-Palestine

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.