pub flash
banniere Flash

Jury du Goncourt des lycéens, et pas peu fiers !

0
Du au Toulouse

24 élèves d’une classe de terminale Gestion administration du Lycée professionnel Roland Garros à Toulouse participent cette année au
prestigieux Goncourt des Lycéens. Un projet ambitieux et intense qui concerne la totalité de la classe. Chloé Cazenabe-Marois, professeure de Français et Histoire-Géographie, nous racontel’implication de ces jeunes pour qui l’objet livre ne fait pas partie du quotidien…

Le principe ?

Chloé Cazenabe-Marois : Lire la sélection du Goncourt, soit 15 livres autotal entre le 7 septembre et le 15 novembre. Au terme des lectures, un débat au sein de la classe permet d’élire – à huit clos – trois œuvres (9 nov). Un délégué de la classe part ensuite à Marseille défendre notre tiercé auprès des élèves de l’académie Sud (12 nov). La délibération nationale se déroule à Rennes, le prix est promulgué là-bas (15 nov). Je ne savais pas que l’on pouvait participer en tant que lycée professionnel. Je me suis dit : c’est un vrai challenge s’ils arrivent à lire autant en si peu de temps ! Globalement, ces jeunes ne sont pas du tout lecteurs. Pour certains, le français n’est pas la langue maternelle. Et pourtant, ceux qui n’arrivaient pas à lire un seul livre l’année dernière en lisent entre 5 et 8 aujourd’hui !

Votre rôle ?

C C-M : Les stimuler, varier leurs postures de lecture, en classe et en extérieur… On a fait des sorties à la médiathèque, sur les quais de la Daurade au bord de la Garonne. Sept auteurs sont venus au lycée, ce qui nous a permis de leur poser des questions, d’orienter nos lectures. Nos rapports sont modifiés car je découvre les œuvres en même temps qu’eux, ce qu’ils apprécient. On discute volontiers, même sur des heures informelles. C’est un projet de fou furieux, qui demande une énergie folle mais c’est très enrichissant.

Et pour les élèves ?

C C-M : C’est toute une organisation : l’un est responsable des sorties, un autre gère la circulation des livres, d’autres s’occupent des photos ou écrivent des articles pour le journal du Goncourt… Le fait de savoir qu’ils vont avoir un impact leur plaît beaucoup. Ils se dirigent assez facilement vers les histoires de vie les plus difficiles Ils aiment quand ils arrivent à s’identifier et aussi lorsqu’ils sont tenus en terme de suspens. Ce projet est très positif pour la classe et pour le lycée. Maintenant, quand les cours se terminent, ils posent le stylo et prennent le livre qui est dans leur sac !

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.