Artoulousexpo 019
l'histoire a venir
pub flash

Vidéos sans détours

0
Du au Toulouse

Paul De Bary homme d’image à TV Bruits et François Piquemal porte parole du DAL31 réalisent des vidéos percutantes sur des thèmes liés à la ville : gentrification, droit au logement, grands projets inutiles, tout y passe. Sans circonvolutions ni langue de bois.

Comment est né J’y suis j’y reste

François Piquemal : L’idée est venue fi n 2017 en discutant entre amis engagés dans la vie associative toulousaine : faire des vidéos « d’éducation populaire » à diffuser sur facebook (et bientôt instagram). Courtes, pas plus d’une minute pour garder l’attention, ce qui nous oblige à synthétiser, à aller à l’os. On a réalisé en mars 2018 une première saison dont l’épisode sur le projet TESO (Toulouse euro sud-ouest dans le quartier Matabiau) a eu plus de 20 000 vues. Suite à certains sujets, des habitants ont décidé de se fédérer en comités de défense de leur quartier. Du coup, on a lancé une saison 2.

J’y suis j’y reste – Episode 01 – Occitanie Tower from Tv Bruits on Vimeo.

Le choix des sujets ?

F. P. : On lit beaucoup la presse locale et nationale, les articles de Mediacités nous inspirent, les revues comme Metropolitiques.eu, etc. Les gens aussi nous suggèrent des sujets via facebook et de notre côté, on a plein d’idées. On veut relayer les questions qui nous paraissent importantes en matière de droit à la ville, le plan Grand Froid par exemple sur lequel on a eu plein de retours. On essaie de parler humblement de sujets que l’on connaît bien et qui concernent la ville dans laquelle on vit, Toulouse. La Tour d’Occitanie, la Grave, Monoprix et sa politique anti-SDF, ce sont des histoires qui ne sont pas fi nies, on y reviendra.

Vous ne subissez pas de pressions ?

F. P. : Non pour le moment aucune. Et pourtant nous sommes assez critiques sur la politique de la ville mise en place par l’actuelle municipalité. Il faut dire que sur certains sujets il n’y a pas grand-chose à rétorquer car nos vidéos sont plutôt très documentées, argumentées et même assez pédagogiques dans leur approche. Le ton n’est pas diffamatoire. On cherche à expliquer, on recoupe le maximum d’infos et on ne retient que les sujets qui « rentrent » dans le format court sans y perdre leur sens.

Une idée des prochains thèmes ?

F. P. : On s’intéresse de près à l’écologie, à la gestion des espaces verts en ville et des forêts périphériques autour de Toulouse ou à des thèmes comme l’accès au sport dans la ville… mais il faut garder l’effet de surprise (rires).

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.