banniere festival rue Ramonville
pub flash
Xconfessions banner 1

Focus sur le cinéma LGBTQi+

0
Du au Toulouse et région Occitanie

Il y a 12 ans naissait Des images aux mots, le tout premier festival du film LGBTQi+ à Toulouse avec des fi lms en compétitions, courts et longs métrages, fictions et documentaires. Il se passe à l’ABC, American Cosmograph, Gaumont, à la Cinémathèque, l’Instituto Cervantes et à l’Espace des Diversités et de la Laïcité, mais aussi en région. Lionel Pires, coprésident du festival, nous raconte…

L’objectif du festival ?

Lionel Pires : Valoriser la culture internationale et défendre les droits des LGBTQi+, se faire plaisir en regardant des bons films qui parlent de nos vies, de nos émotions, de nos difficultés… Et faire avancer les choses ! Nos films viennent des cinq continents, sachant que les situations et les droits sont différents selon les pays. On essaye d’ouvrir les horizons – à Toulouse mais aussi dans des endroits plus reculés, là où il y a moins de visibilité LGBTQi+ – et montrer qu’on existe. Le festival se déroule dans six départements et une quinzaine de villes.


Le cinéma LGBTQi+ ?


L-P : Le festival attire un public qui n’a pas forcément l’habitude de voir ce genre de films même si aujourd’hui ce cinéma se développe et évolue. Ce n’est plus un cinéma de niche. On l’a vu avec 120 battements par minutes. Si dans les grandes villes ce cinéma se vulgarise, ce n’est pas forcément le cas dans les campagnes et dans les petits cinémas…

Les temps forts ?

L-P : On évoquera les 50 ans des émeutes de Stonewall qui ont donné naissance aux Gay Pride partout dans le monde. Une exposition sur les trans aura lieu dans le hall de l’ABC. Un débat sera organisé sur l’homoparentalité avec l’association des parents gays et lesbiens suite à la projection du film Aria d’Emilie Jouvet. On va recevoir Didier Roth-Bettoni, l’expert français du cinéma LGBT lors d’une soirée à la Cinémathèque. On reçoit également la réalisatrice de Entre deux sexes, Régine Abadie. Enfin, grande soirée de clôture au Kalinka avec des surprises, spectacles et jeux, sans oublier la remise des prix du public et du jury.


Des nouveautés ?


L-P : Des séances scolaires avec un fi lm contre l’homophobie présenté à des lycéens, notamment en lycée pro. C’est quelque chose qui nous tient à cœur. On va montrer Mario de Marcel Gisler. Autre temps fort : l’ouverture du festival le 30 janvier avec une séance au Gaumont sur le cabaret, animée par le Kalinka et avec le film Tucked.

EN SAVOIR + sur le festival

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.