blagnac-marchenoel-700x156px-flash
thpave-dbt-saison-flash-mega-banniere-700x156px
sorano
ayokah-noel-wax
cdc17
bat-theatre-grand-rond-banniere-1633-700x156
altigone

Le Ring

Lieu de création alternatif situé dans le quartier des Sept Deniers, le Ring est une salle dont l’engagement sur la durée est le fruit de toute une équipe : porté depuis 1968 par une troupe issue d’un collectif étudiant mené par Michel Mathieu qui le dirige encore aujourd’hui avec sa compagnie du Théâtre 2 L’Acte, la salle mélange les genres dans une programmation à la fois exigeante et précaire. Un lieu à préserver.

Transmettre des idées

Le Ring, lieu de formation et de diffusion, lutte comme tant d’autres petites salles pour sa survie depuis des années dans un contexte économique qui oblige sans relâche à la débrouillardise ; la baisse des subventions a comme ailleurs un impact direct sur la vitalité de la structure qui maintient pourtant vaille que vaille les engagements pris auprès des compagnies et qui continue à rendre visibles des formes pointues notamment en musique contemporaine. Le festival Noise consacré à la musique improvisée en est un parfait exemple puisqu’il donne à entendre des musiciens qui sont des pointures dans leur domaine, spécialistes de madrigaux, de composition instantanée, d’électronique aussi bien que de performances en duo voix/danse : à découvrir même (surtout) pour les non initiés. De la même manière le cycle des conférences indisciplinées organisées désormais depuis deux ans avec la Compagnie Nanaqui invite cette saison des intervenants universitaires sur des thèmes lancés à partir de mots clés ; Politiques, Démocraties, Mythologies, etc, il y a matière à débattre puisque les conférences ouvrent aussi bien sûr au dialogue public.

S’interroger sur nos actes

Mener des projets qui confrontent idées et pratiques, qui interrogent le monde et notre place dans la société, c’est le leitmotiv du Ring : poésie, concerts, improvisation, installations, textes inédits, performances, poésie sonore, débats, se mêlent pour tenter de décloisonner les publics. Michel Mathieu et ses acolytes questionnent cette saison la « face cachée des choses » : Terra incognita est la dernière création du Théâtre 2 L’Acte, où le jeu prend appui sur des dessins à partir desquels la pensée vagabonde sans entraves, comme en matière de surréalisme. Du théâtre comme un rêve éveillé, tandis que « …Rien que le monde » revient aux racines du vivre ensemble. Conçu et écrit par Céline Astrié artiste associée, à partir des récits d’un homme venu d’Afrique en France à l’âge de 15 ans, le spectacle tente de délimiter de notre responsabilité au regard des rêves et des espoirs de cet homme. Maylis Bouffartigue elle, nous met en face de la question du génocide : à partir du texte écrit par Robert Anthelme à son retour des camps, elle tente de redéfinir avec et après lui ce qui fait L’espèce humaine. Ulysse(s) voit la comédienne Isabelle Luccioni reprendre son magistral solo et donner la parole à l’étonnante femme libre qu’est l’héroïne de Joyce, Molly Bloom. Koltès enfin, autre grande voix du théâtre est présent Dans la solitude des champs de coton avec le duo Pierre-Benoit Duchez/ Jean-Marie Champagne.

 

www.theatre2lacte-lering.com

Le Ring

151 Route de Blagnac
31200 Toulouse
05 34 51 34 66